mardi 30 septembre 2008

Le Muffin Monday n°10:


Le Muffin Monday n°10 est lancé, et c'est Flo qui est en charge de cette nouvelle édition. Le thème est le rose: qu'il soit Rose bonbon, Rose saumon, Vieux rose, Rose vif , Rose cochon, à la rose, avec un peu de rose ou tout rose...!
J'ai donc choisi de présenter ma recette de Muffins chocolat blanc, pistache et éclats de macarons à la framboise. Comme d'habitude, je m'y suis prise au dernier moment puisque le dernier jour c'est aujourdh'ui! (on se refait pas...)

Pain de viande

Une recette originale et pleine de saveur. La marinade est vraiment excellente.
J'ai seulement regretté que mon "pain" ne se tienne pas si bien que ça.

Marinade à préparer la veille
Mélanger 2 c à s d'oignons émincés, 1 c à c d'ail écrasé, 5 c à s d'huile d'olive, 2 c à s d'huile de sésame, 1 c à s de miel, 75 g de jus de tomate, quelques gouttes de Tabasco®, 1 c à c de gingembre en poudre, 1 c à c de coriandre en poudre, 1 pincée de curry, 5 feuilles de basilic haché, 10 brins de ciboulette ciselés, 1 petite carotte râpée. Couvrir et laisser toute la nuit au frais pour laisser infuser.

Le jour même, faire revenir 400 g de viande de boeuf hachée dans 30 g de beurre. Ajouter 1 c à c de curry, de la Fleur de sel et du poivre. Ajouter la marinade. Faire cuire le tout 5 min. Ajouter 3 feuilles de gélatine (6 g) ramollies dans l'eau froide et essorées. Poursuivre quelques minutes la cuisson, le temps que la viande soit bien cuite et la gélatine entièrement fondue et incorporée. Verser dans un moule à cake ou à terrine et réserver au frais au moins 3 heures.

SOURCE: Concentré de Délices, Philippe Conticini- MARABOUT

lundi 29 septembre 2008

Cake Marbré Vanille- Chocolat




25 ans, ça se fête, et c'est justement l'âge que célèbre une de mes collègues de travail. Pour marquer le coup, je lui ai proposé de lui confectionner le gâteau de son choix. Enchantée, elle m'a demandé un Cake Marbré parfum Vanille et Chocolat, un classique indétronable qui plaît à coup sûr à condition qu'il soit bien moelleux, léger et fondant en bouche (rien de comparable avec ceux qu'on peut trouver dans le commerce...!)



S'agissant d'un gâteau qui contient quand même une grande quantité de sucre, j'ai choisi de le réaliser avec un mélange beurre doux et beurre 1/2 sel, le résultat est vraiment délicieux, ça apporte une petite touche de piquant très intéressante et équilibre vraiment les saveurs. De plus, pour donner une sensation encore plus fondante, j'ai opté pour un mélange moitié sucre fin/ moitié cassonade car cette dernière donne à la croûte une fine couche croustillante; et ai apporté une petite touche personnelle en ajoutant un peu de purée d'amandes* qui permet de renforcer le côté moelleux et fondant tout en limitant la quantité de beurre.



Dans une terrine, mélanger 50 g de beurre doux et 50 g de beurre 1/2 sel fondus. Ajouter 25 g de purée d'amandes complète BIO*. Mélanger et ajouter 100 g de sucre fin et 100 g de cassonade. Travailler bien à fond et incorporer un à un 3 oeufs entiers. Verser au tamis un mélange de 200 g de farine, 50 g de Maïzena® (pour donner à la pâte plus de légèreté et de moelleux: en effet, cette dernière a des propriétés semblables à celles de la farine tout en étant plus légère), 1/2 sachet de levure chimique et 1 pincée de sel. Fouetter vivement. Séparer la préparation en 2: dans l'une d'elle, ajouter 1 c à moka de vanille en poudre et dans l'autre 50 g de chocolat noir fondu.
Beurrer un moule à cake s'il n'est pas en silicone, et verser en alternant les 2 préparations.
Mélanger rapidement avec le manche d'une cuillère pour obtenir un effet marbré. Laisser reposer au frais 1 heure pour que le beurre se raffermisse.
Préchauffer le four à 180°
Cuire 50 min
(au besoin, le couvrir d'une feuille de papier aluminium pour éviter qu'il ne prenne trop de couleur). Vérifier la cuisson à l'aide d'une lame de couteau qui doit ressortir sèche si le cake est cuit.



Laisser entièrement refroidir avant de démouler. Le conserver emballé dans un papier aluminium pour éviter qu'il ne se dessèche et si possible attendre le lendemain pour le déguster et laisser le temps aux arômes de bien se diffuser.




* La purée d'amandes: la solution de remplacement du beurre. Elle a la même consistance que celui- ci pour seulement 50% de matières grasses. Plus digeste que le beurre, puisque sans lactose. Les purées d'oléagineux sont grasses certes, mais bien moins que le beurre (2 fois moins), et surtout ce sont de bons acides gras, polyinsaturés, et non 100% graisses saturées comme le beurre. Ce sont donc d'excellents substituts pour ce dernier.

dimanche 28 septembre 2008

Paupiettes d'aubergines au thon




Je profite des dernières Aubergines à un prix encore à peu près raisonnable pour en faire une véritable cure tant je les adore et les cuisiner à toutes les sauces (caviar, tian, moussaka, grillées au four et même aussi simplement à la vapeur assaisonnées d'un filet d'huile d'olive et d'une pincée de Fleur de sel... un régal!)



Laver soigneusement 2 belles aubergines allongées. Retirer le pédoncule et les détailler en tranches horizontales de 3 à 4 mm. Mettre de côté les 8 plus belles tranches. Saupoudrer de sel et les faire dégorger. Couper les autres en petits cubes.
A l'aide d'un éplucheur spécial tomate, peler 3 tomates bien mûres, les épépiner et les concasser.
Peler et hacher 1 gousse d'ail et 1 oignon.
Emincer 2 petites courgettes.
Dans une grande poêle ou 1 WOK, faire chauffer 2 c à s d'huile d'olive et y faire revenir l'oignon et l'ail pendant 2 min, ajouter 2 c à s de concassée de tomates et les dés d'aubergines. Laisser mijoter 5 min. Ajouter 450 g de thon au naturel émietté. Mélanger. Saler et poivrer. Réserver à couvert hors du feu.
Rincer les tranches d'aubergines et les éponger. Les poser sur un plan de travail superposées en croix 2 par 2. Poser dessus 1/4 de la farce au thon. Rabattre les tranches par dessus et ficeler sans serrer avec du fil de cuisine.
Préchauffer le four à 200°
Mélanger le reste de la concassée de tomates avec les courgettes. Etaler dans un plat à gratin, poser les paupiettes dessus et garnir d'olives vertes dénoyautées (1 bonne quizaine).
Poudrer de thym et de persil. Ajouter éventuellement un peu d'emmenthal râpé. Enfourner pour 30 min.




SOURCE: Les plats uniques en toutes occasions, Cuisine Actuelle- SOLAR

Moules farcies




Pour l'entrée du repas d'anniversaire de ma mère, j'ai laissé choisir mon homme: il voulait depuis longtemps que je lui fasse des moules farcies, et comme mon idée était de faire un repas exclusivement à base de poissons ou de fruits de mer, cette proposition m'a plue. En accompagnement, pour amener un peu de verdure, une salade de Roquette relevée d'une sauce à l'amande dont je tiens la recette de ma grande soeur et qui est vraiment délicieuse. Une entrée légère très appréciée (surtout de ma nièce...)



Pour 7 personnes = prévoir 5 moules/ pers + 1 palourde
Moules à farcir bien grosses
(petit souci au moment de la préparation des moules: beaucoup étaient à jeter, je n'allais donc pas en avoir assez, mon homme a eu la gentillesse de courrir m'en acheter d'autres et a prit en plus au cas où quelques palourdes qui en fin de compte étaient peut- être même meilleures ... la prochaine fois que je proposerai ce plat, je le ferai exclusivement à base de palourdes!)

Nettoyer et ébarber les moules.
Dans une grande marmite, mettre à chauffer 25 cl de vin blanc sec et y jeter les moules. Les laisser 5 min à feu vif le temps qu’elles s’ouvrent. Jeter celles qui sont restées fermées.
Les ranger dans un plat à gratin après avoir retiré la valve.

Préparer un beurre 'Maître d’hôtel' :
Verser dans une casserole 15 c à s de vin blanc, 4 échalotes finement émincées, 1 bouquet de persil plat haché, 1 c à s de purée d’ail, le jus d’1 citron et 60 g de beurre. Mélanger et porter à ébullition.

Verser 1 c à s de ce mélange par moule.
Saupoudrer de chapelure.
5 min avant de servir, enfourner au four chaud, position grill et laisser gratiner.
Servir de suite accompagné d’une salade de roquette, croûtons à ail *, pignons de pin et pistaches grillés à sec.



* 2 jours avant : faire sécher de fines tranches de pain Baguette coupées en petits morceaux. Les frotter à l’ail et les laisser quelques minutes au four (th 2) pour les sécher. Les réserver à l'air libre dans une boîte sans fermer le couvercle.

Sauce salade à l’amande (d'après une idée de ma grande soeur avec quelques modifications , je vous la conseille vivement elle est vraiment délicieuse!)
Mélanger:

1 c à s de moutarde
1 c à s de purée d’amande BIO complète
1 c à s de vinaigre balsamique
Basilic- ciboulette- persil
½ c à c de purée d’ail
1 c à s d’huile de noisette
4 c à s d’huile vierge
Fleur de sel
Poivre du Sichuan

vendredi 26 septembre 2008

Compote de Coings




J'ai redécouvert le coing il n'y a pas si longtemps que ça. J'avais jusqu' alors coutume d'y goûter au travers des pâtes de fruits et je dois bien avouer que je ne trouvais jamais ça extraordinaire. Mais l'année dernière, alors qu'on se baladait à la campagne avec mon homme, on est tombé par hasard sur un magnifique arbre à coings et j'avoue en avoir cueillis 1 ou 2 juste pour goûter... (le propriétaire ne m'en aura sûrement pas voulu... il paraissait évident que personne n'allait venir les chercher, bon nombre pourrissaient déjà par terre ou avaient été picorés par "nos amis" les oiseaux!) Bref, passons. Arrivée chez nous, j' ai entrepris de les préparer de la manière la plus simple qui soit, juste cuits en compote: un délice! (c'est souvent les choses les plus simples les meilleures...) Une bouchée en appelait irrémédiablement une autre tant et si bien qu'à nous 2 nous avons tout englouti en moins de 2 (j'ai finalement regretté de ne pas en avoir chipé un peu plus...).



Aussi j'attendais leur retour avec impatience: je guettais les étals des marchés, mais en vain: ça ne doit pas être un fruit suffisamment rentable. Mais il se trouve qu'hier mon homme est rentré du supermarché avec une surprise dans son cabat: de magnifiques coings mûrs à point que je me suis aussitôt empressée de réduire en compote; quelques pommes en plus pour faire une plus grosse quantité, un peu de sucre vanillé et un soupçon d' Agar, le tour était joué! (Au passage je remercie ma meilleure amie qui m'a gentiment aidée pour la corvée d'épluchage, mais elle est partie trop tôt et n'aura pas eue droit à la dégustation... elle n'est pas pour autant repartie les mains vides puisque je lui avais préparé ses petits craquants à la cardamone, très appréciés d'ailleurs.) Tout comme la dernière fois, les bouchées se sont succédées à un rythme effréné: 2 gloutons qu'on aurait dit!!! Nous n'avons quand même pas tout mangé, les gloutons savent aussi rester raisonnables! Et comme je viens justement d'en racheter puisque j'ai eue la chance d'en retrouver au supermarché, on a pas fini de se régaler et de gloutonner!



2 kg de Coings et 4 petites pommes, épluchés, rincés et coupés en gros quartiers. Les placer dans une grande casserole. Ajouter un fond d'eau et laisser cuire à couvert en remuant régulièrement. Une fois le mélange réduit en compote, ajouter du sucre vanillé selon vos goûts et 1 c à moka d'Agar (permet d'absorber les jus en surplus et d'obtenir une compote qui ne soit pas liquide). Poursuivre la cuisson quelques minutes sans cesser de remuer puis laisser refroidir avant de réserver au frais. Déguster bien frais.


jeudi 25 septembre 2008

Le Sucre



Le sucre est extrait de plantes, principalement la canne à sucre et la betterave à sucre. Il se concentre naturellement dans les feuilles, les racines, les tiges et leurs fruits.
A l'origine, la canne à sucre est un roseau sauvage des régions tropicales.

Canne à sucre Betterave à sucre


Le sucre semoule ou sucre en poudre est le sucre obenu après broyage et tamisage du sucre cristallisé blanc. C'est le sucre le plus courant, celui des desserts et de la pâtisserie par excellence.
Il présente l'avantage de se dissoudre immédiatement.
Le sucre en poudre fait dorer à la cuisson toutes les pâtes brisées et sablées (les pâtes sèches), les pâtes à choux, à brioche, à baba et à savarin (les pâtes molles) et les pâtes à beignets, gaufres et crêpes (les pâtes semi- liquides).


Le sucre glace: cristaux de sucre blanc moulus en une poudre très fine


Le sucre cristallisé blanc est le plus pur des sucres puisqu'il contient environ 99.9% de saccharose. Il se présente sous la forme de cristaux plus ou moins gros qui même ajoutés à un liquide continuent de croquer sous la dent. Idéal pour enrober les pâtes de fruits ou saupoudrer un gâteau roulé, il rentre dans la confection des fruits confits, fleurs cristallisées, caramels, de la nougatine et autres gelées et confitures (il permet aux parfums des fruits de se développer pour en rehausser leur saveur et confère une belle onctuosité). Une petite astuce pour mieux démouler un gâteau: saupoudrer le moule préalablement beurré avec un peu de sucre cristal, le gâteau une fois démoulé aura une belle couleur doré et une petite croûte croustillante.


Le sucre gélifiant ou sucre à confiture est un sucre cristallisé additionné de pectine de fruits et d'acide citrique naturel, il est utilisé pour les confitures.


La cassonade est le sucre cristallisé roux obtenu directement à l'issue de la 1ère cuisson du jus de canne (cristallisation sous vide du sucre de canne roux extrait de la canne à sucre). C'est donc le sucre brut de canne. Il contient moins de saccharose de le sucre blanc (95% contre 99.9). Il se compose également de sels minéraux et de matières organiques qui donnent à ce sucre sa couleur et ses légers parfums de rhum et de vanille.
Sucre granuleux aux reflets dorés.
Il est le sucre des recettes exotiques mais aussi des desserts anglo- saxons (il est indispensable à la réalisation des Cookies par exemple, mais entre également dans la confection des Cheesecake et tarte au potiron.)
Il apporte moelleux et fondant et c'est lui qui permet d'obtenir de belles croûtes caramélisées sur les crèmes brûlées, catalanes et autres gratins de fruits. Sa couleur et sa texture apporte une toute autre saveur au Pain d'Epices.

 

Produite dans le nord de la France ainsi qu'en Belgique, la vergeoise est un sucre roux très fin au goût proche de la cassonade. Provenant d'un sirop de betterave, la vergeoise est un sucre à la texture moelleuse, coloré et parfumé par des cuissons successives: recuit une fois, le sirop donne de la vergeoise blonde (modérement parfumé); deux fois, de la vergeoise brune (à l'arôme plus soutenu et à la saveur plus accentuée). Toutes deux apportent un fondant inimitable.
C'est le sucre des spéculoos et de toutes les pâtisseries flamandes (crêpes, gaufres).
Faire attention aux paquets portant la mention "saveur vergeoise", il s'agit d'un simple sucre coloré au caramel.


Le sucre Muscovado (ou "mascobado") est un sucre de canne complet, non raffiné obtenu à partir des cannes à sucre poussant à l'Ile Maurice. Pour le fabriquer, le suc extrait de la canne à sucre que l'on obtient après avoir écrasé celle-ci (appelé vesou) est purifié et chauffé. Lorsque tout le liquide est évaporé, le résidu est filtré, séché, cristallisé puis broyé. C'est cette méthode ancestrale qui donne autant de chaleur à ce sucre.
De couleur brun foncé avec une forte teneur en mélasse qui lui procure une intensité aromatique et un goût prononcé atypique qui n'est pas sans rappeler celui de la réglisse.


Le sucre Rapadura 
Le suc de canne complet ou sucre intégral ou rapadura (son nom brésilien) ou sucanat, parfois aussi appelé sucre brut, est un jus de canne à sucre déshydraté, issu de l’agriculture biologique. Très foncé, il a un goût caractéristique de caramel réglissé. Il n'a subi aucune transformation ni raffinage et conserve tous les sels minéraux, vitamines, et acides aminés de la canne à sucre. Sa composition en minéraux et oligo-éléments varie selon la qualité de la canne, donc selon les années… Il n’est pas cristallisé, et contient encore de l’humidité, ce qui fait qu’il a tendance à s’agglomérer.


Le Sirop d'Agave: le plaisir sucré pour un indice glycémique bas. Il est obtenu en concentrant le jus issu du coeur de l'agave (plante grasse originaire du Mexique, très ornementale dont les feuilles fournissent des fibres textiles et la sève diverses boissons alcooliques: pulque, tequila), de couleur claire et au goût assez neutre qui exhalte véritablement le goût des aliments. Il est connu pour être une alternative naturelles aux sucres et édulcorants, il est par exemple parfait pour remplacer le miel si on craint un peu son goût. Naturellement riche en fructose naturel (sucre naturel du fruit) il est donc autorisé pour les diabétiques et toutes les personnes ayant un taux de sucre trop élevé. Avec son haut pouvoir sucrant bien supérieur au sucre traditionnel, il présente l'avantage d'avoir un indice glycémique bien plus bas que celui- ci, il présente donc un réel intérêt nutritionnel.


La Mélasse est le sous produit de la fabrication du sucre de canne, il provient de la dernière cristallisation du traitement de la canne à sucre. C'est une matière visqueuse très épaisse et dense au léger goût de réglisse. Elle contient environ 50% de sucre, de l'eau, des sels minéraux et des matières azotées.

Le Sucre de Palme est un sucre brun réalisé avec un jus extrait de la fleur du cocotier.
Le sucre moulé en morceaux se décline selon les numéros qui correspondent au nombre de rangées contenues dans la largeur d'une boîte de 1kg. Les morceaux sont d'autant plus gros que le chiffre est faible.
Les calibres les plus fréquents sont les n°3 (7.9 g) et n°4 (5.9 g).


Le sucre en grains est utilisé en pâtisserie essentiellement pour la réalisation ou la décoration de certains gâteaux et notamment des célèbres chouquettes. 

Il est obtenu grâce à l'agglomération, le broyage puis le calibrage de sucre cristal N°1, un compromis idéal entre une sensation de craquant et une impression de fondant, agréable à la dégustation..


Le sucre Candi   résulte de la cristallisation du sirop de betterave ou de canne très pur concentré et chaud.
C'est la caramélisation qui lui donne sa jolie couleur brune.
C'est le sucre des biscuits Bastognes®

Il existe également des sucres aromatisés et colorés qui non seulement permettent de décorer mais aussi et surtout de parfumer de nombreux desserts.

La Purée d'Amandes et autres purées d'oléagineux



La solution de remplacement du beurre

La purée d'amandes BIO complète: elle a la même consistance que celui- ci pour seulement 50% de matières grasses. Plus digeste que le beurre, puisque sans lactose. Les purées d'oléagineux (amandes, noisettes...) sont grasses certes, mais bien moins que le beurre (2 fois moins), et surtout ce sont de bons acides gras, polyinsaturés, et non 100% graisses saturées comme le beurre. Ce sont donc d'excellents substituts pour ce dernier.

Délayé pour moitié dans une huile végétale, pour un poids égal à celui du beurre le résultat est impeccable!

Le sirop d’agave




En remplacement du sucre

Le sirop d’agave: le plaisir sucré pour un indice glycémique bas.
Il est obtenu en concentrant le jus issu du coeur de l’agave (plante grasse originaire du Mexique) connu pour être une alternative naturelle aux sucres et édulcorants, de couleur claire et au goût assez neutre (ce qui est parfait pour remplacer le miel si on craint un peu son goût) il exhalte véritablement le goût des aliments. Il présente un réel intérêt nutritionnel: exceptionnellement riche en fructose naturel (sucre naturel du fruit) il est donc autorisé pour les diabétiques et les personnes ayant un taux de sucre trop élevé. Avec son haut pouvoir sucrant, bien supérieur aux sucres traditionnels, il présente l'avantage d'avoir un indice glycémique bien plus bas que ceux- ci.

mardi 23 septembre 2008

Craquants épicés à la Cardamone, Choco- Amandes






Ma meilleure amie vient tout juste de rentrer d'un voyage de 5 semaines en Inde, et dans ses valises, il y avait un petit quelque chose pour moi... pouvait- elle rapporter autre chose que des épices à une dingue de cuisine comme moi??? Curry, Curcuma, Tandoori, Graines d'anis, Cumin et Cardamone! (Je précise au passage qu'il était écrit cardamoNe sur le paquet et pas moMe... alors je l'écrit tout pareil!).
Mais ce petit cadeau n'est pas désintéressé, loin sans faut, puisque la belle m'a clairement annoncé qu'elle voulait être la 1ère à goûter à tous les plats que je réaliserai avec ces petites merveilles!... Au moins elle n'aura pas perdu le nord pendant son périple!
Ma 1ère réalisation sera donc pour elle, avec les capsules de Cardamone.
Quelque chose de simple, rapide et toujours apprécié: des craquants auxquels j'ai ajouté une pointe de chocolat et quelques amandes pour les rendre encore plus gourmands et... craquants!

Aussi étrange que cela puisse paraître, je n'avais jamais goûté à cette épice. J'ai donc eu plaisir à découvrir son goût citronné et camphré et vous invite à très vite la tester si vous non plus ne connaissez pas.



75 g de cassonade
1 sachet de sucre vanillé
110 g de farine multicéréales
50 g d'amandes effilées

+ ou - 2 oeufs entiers
1 c à s de cacao en poudre
14 capsules de cardamone





Préchauffer le four à 180°
Mélanger les sucres, la farine, le cacao en poudre. Broyer les capsules de cardamone (conserver les coques, cela renforcera le goût) le plus finement possible au mortier. Les tamiser. Ajouter les amandes effilées. Casser 1 oeuf, mélanger et si besoin ajouter 1 autre oeuf (ou la moitié d'1): la pâte doit être homogène sans coller aux doigts.
Pétrir et rouler en boudin. Réserver au frais 30 min.
Couper en tranches d'1 cm d'épaisseur et cuire 25 min. Retourner chaque biscuit et poursuivre encore la cuisson 15 min à 150°. Laisser refroidir dans le four éteint, porte entre- ouverte avant de les ranger dans une boîte hermétique.



Ces biscuits sont donc pour elle, mais je lui en ai tout de même chipé un petit pour goûter... et oui, je ne voulais quand même pas risquer de lui donner quelque chose de mauvais (hi hi hi, les gourmands trouvent toujours de bonnes excuses...!)

lundi 22 septembre 2008

Petites Crèmes Brûlées au Fois Gras




Ces petites crèmes brûlées ont ouvert l'apéritif du repas d'anniversaire de ma mère. Je voulais dès le départ ouvrir cette journée avec quelque chose d'original et d'inattendu, quelque chose d'inhabituel, en jouant à la fois sur le chaud/ le froid et le sucré/ salé. La recette est simple et rapide, mais nécessite quand même d'être réfrigérée quelques heures avant d'être dégustée, l'idéal étant de les préparer la veille. Ces crèmes brûlées sont raffinées et délicates, idéales en mini portion car elles restent quand même assez riches et qu'on en était qu'à l'apéritif...

Travailler 50 g de foie gras cuit avec 10 cl de crème liquide entière.
Fouetter 1 jaune d’œuf et l’ajouter.
Saler à la Fleur de sel (1 pincée) et donner quelques tours de poivre du moulin (ou poivre du Sichuan).
Mixer et filtrer.
Verser dans des mini ramequins à crèmes brûlées.
Préchauffer le four à 90°
Cuire 30 min
Laisser refroidir et réserver au frais minimum 2 heures.
Saupoudrer chaque crème d’un mélange fait de 2 c à s de cassonade, de 2 pincées de Fleur de sel et de 2 tours de poivre du moulin (ou poivre du Sichuan).
Caraméliser quelques secondes à la ‘Torch’ à brûler.

vendredi 19 septembre 2008

Pain au Quinoa à la vapeur




Il y a quelques semaines, j'achetais en magasin BIO de la farine de quinoa dans l'idée de faire du pain au quinoa, mais après quelques recherches j'avais été déçue de découvrir que cette farine est totalement dépourvue de gluten et donc non panifiable... Je lui avais néanmoins trouvé une autre utilité en l'intégrant dans des petites galettes 100% quinoa aux pousses de graines germées.

Quand à mon fameux pain, tout n'était peut- être pas perdu, puisque j'avais fini par dénicher une recette d'un pain au Quinoa cuit à la vapeur, j'avais hâte de tester, intriguée de voir le résultat. Du pain cuit à la vapeur, j'avais déjà eu l'occasion d'en manger lors d'un séjour à Prague. Bien qu'un peu fade, j'avais trouvé ça délicieux. Ils le servait en tant qu'accompagnement avec des viandes en sauce à la place des traditionnelles pommes de terre, pâtes ou même du riz. La sauce et les sucs de la viande s'y imbibaient... on aurait mangé que ça!



La cuisson à la vapeur fait que ce pain est totalement dépourvu de croûte, et lui confère une mie légèrement humide, sa consistance est celle d’une brioche tendre, moelleuse et suffisamment aérée et levée. J'ai par rapport à la recette de Virginie ajouté une petite cuillère à soupe de sucre pour pallier à l'amertume de la farine de quinoa qui peut être désagréable pour certains. Son goût, bien que délicieux, est assez surprenant.
J'ai adoré cet essai et je vais très vite faire une nouvelle tentative avec de la farine d'épeautre!



250 g de farine de quinoa
1 c à c de levure de boulanger
1 c à c de sel

1 c à s de sucre (ou sirop d'agave)
eau tiède


Délayer la levure de boulanger dans une tasse d’eau tiède. Laisser reposer 15 min.
Dans un saladier, mélanger la farine de quinoa avec le sel et le sucre, ajouter la levure délayée. Incorporer suffisamment d’eau pour que la consistance de la pâte s’apparente à celle d’une pâte à gâteau (ce pain ne se pétrie pas, il suffit de mélanger tous les ingrédients à l'aide d'une cuillère: temps de préparation - de 5 min montre en main!)
Verser la pâte jusqu’au 2/3 de la hauteur du panier vapeur. Placer le panier dans le cuit vapeur, recouvrir avec le couvercle, et laisser reposer 2 heures.
Procéder à une cuisson vapeur pendant 1 h 30.
Retirer le couvercle et laisser refroidir.

Conserver le pain enveloppé dans un torchon.




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...