lundi 30 mars 2009

Bouchées comme des Biscuits avec de la purée dedans






Il me restait un fond de purée alors j'ai eu l'idée de faire ces petites bouchées qui se trouvent être un mixte entre biscuit et moelleux. Très légères et vraiment délicieuses, cette recette est une très belle découverte.



Pour une Trentaine de petites bouchées

Recette rapide pour la purée:
Laver et éplucher 1 grosse pomme de terre à chair fondante « spécial purée ». La piquer à l’aide de la pointe d’un couteau et les placer dans un récipient allant au micro- ondes avec juste un petit fond d'eau. Couvrir et la faire cuire 10 min pleine puissance. Egoutter et verser dans un saladier. Réduire en purée à l’aide d’un presse purée ou d’une fourchette: ne pas utiliser de mixeur car celui-ci donne à la purée une texture collante. En réserver 125 g pour la réalisation de ces petites bouchées.
Préchauffer le four à 180°
Travailler 25 g de beurre mou avec 125 g de purée de pommes de terre tiède jusqu'à ce que le beurre soit entièrement fondu.
Dans un saladier, mélanger 1/2 c à c de sel, 1 pincée de poivre, 125 g de farine et 1/2 sachet de levure. Ajouter 25 g de fromage râpé finement (emmenthal ou parmesan selon vos goûts). Pétrir et rouler en boudins. Badigeonner avec 1 jaune d'oeuf délayé avec 1 c à s d'eau tiède et rouler dans des graines de sésame. Couper en tranches d'1,5 cm et enfoncer 1 pistache entière au centre dans chacune. Saupoudrer d'1 pincée de Baies roses réduite en poudre au mortier
Cuire 20 min et déguster de suite.




samedi 28 mars 2009

Mincemeat Gingerbread




J'ai trouvé l'autre jour au Lafayette Gourmet un pot de Mincemeat (littéralement, hachis de fruits secs) spécialité So British comme on les aime tant, sorte de confiture qui mêle à la fois épices et fruits dont des raisins secs, des pommes et du citron.



La 1ère fois que j'en avais entendu parlé, c'est à travers ce billet de Kate. De suite j'avais eu envie d'y goûter, mais n'avais pas réussi à en trouver jusque là, alors forcément je me suis ruée dessus! Je ne savais pas trop quelle utilisation j'allais en faire alors j'ai fait une petite recherche et suis tombée sur la recette de Pascale qui m'a tapée dans l'oeil. J'ai adapté la recette à ma façon de sorte d'obtenir un résultat similaire à un pain d'épice. Le résultat est terrible, je crois que je bien vite retourner faire un tour au Lafayette Gourmet...



Préchauffer le four à 150°
Travailler en pommade 150 g de beurre mou. Lui ajouter 75 g de vergeoise brune, 75 g de cassonade, 1 sachet de sucre vanillé et 1 pincée de sel. Travailler jusqu'à obtention d'un mélange crémeux. Ajouter 2 oeufs entiers. Mélanger et ajouter 1 pot de Mincemeat (le mien faisait 312 g). Travailler avant d'incorporer un mélange de 125 g de farine de seigle, 100 g de farine blanche, 1/2 sachet de levure chimique et d'1/2 c à c de bicarbonate.
Ajouter 50 g d'écorces de clémentines (ou oranges) confites. Verser dans un moule en silicone de votre choix, à génoise ou comme moi, carré 18/18 et glisser au four pour 1h15 en surveillant bien la coloration, au besoin, couvrir d'un papier aluminium.
Laisser entièrement refroidir avant de démouler. Emballer dans un papier aluminium et attendre le lendemain pour déguster... patience, patience petits gourmands: les saveurs auront ainsi le temps de mieux se développer et le gâteau sera encore plus moelleux et fondant en bouche: divinissime!!!


vendredi 27 mars 2009

Yaourt Vanille & Fève Tonka

006

Ça faisait quelques temps déjà que j'avais envie de tester des yaourts à la Fève Tonka. Je raffole de cette épice, de ses arômes envoûtants, complexes et puissants qui se situent entre ceux de la vanille, du caramel, de l'amande, du miel et qui peuvent même évoquer le foin et le tabac. Son odeur légèrement musquée se diffuse agréablement. J'y ai ajouter un peu de vanille en poudre donnée par la maman de mon homme et qui vient directement de La Réunion. Les deux s'associent à merveille et font d'un simple yaourt quelque chose d'exceptionnel! A refaire sans faute.

1 yaourt nature
1 litre de lait
1 c à s de sirop d'agave
1/2 c à moka de vanille en poudre
1 fève tonka

Réduire la fève tonka en poudre au mortier et la mélanger avec la vanille. Verser dans une boule à thé et laisser infuser dans le lait pendant 1 heure. Retirer la boule à thé.
Mélanger le yaourt avec le sirop d'agave et ajouter progressivement le lait en remuant sans cesse avec un fouet à main.
Mettre en yaourtière pour 10 à 12 heures.
Réserver au réfrigérateur 4 heures minimum.

mercredi 25 mars 2009

Muffins aux Myrtilles (sans gluten ni lait)




J'ai entamé il y a quelques jours un bidon de purée de myrtilles d'1 litre, délicieux avec mon fromage blanc du soir. Là vous vous dîtes, "ok, mémé, t'as tes habitudes, le soir c'est fromage blanc!" et bien oui! et j'adore ça mon fromage blanc du soir nappé de purée de fruits, je n'y renoncerai pour rien au monde. Je change les parfums d'une fois à l'autre: abricot, poire, framboise, pêche, mangue, cassis ou myrtilles..., généralement le bidon me fait un peu plus d'une semaine (je les trouve chez METRO®, mais il est possible de les commander sur Internet, chez le Meilleur du Chef par exemple). Mais là, le bidon entamé n'a pas été touché de quelques jours et du coup les quelques 25 cl restant commençaient à légèrement fermenter. Hors de question de les jeter, ça c'est sûr, quand à les manger, il m'aurait fallu une très grosse envie de fromage blanc, parce qu'au moins 4 kg m'auraient été nécessaire, et là, j'ai beau adoré ça le fromage blanc nappé de coulis, ça aurait quand même été un peu too much!
Donc j'ai réfléchi un peu, et je me suis dit que je pourrai réaliser des petits Muffins en remplaçant le lait nécessaire par ma fameuse purée.





Pour pallier à un manque de sucre, j'ai utilisé un mélange Vergeoise brune/ Rapadura, ce qui leur confère un moelleux incroyable. Concernant la farine, j'ai opté pour une farine complète de riz (et j'utiliserai de plus en plus souvent dans mes recettes des farines sans gluten, je vous en donnerai les explications dans un prochain post...)
Comme je raffole du mélange fruits rouges/ pistache, j'ai ajouté une belle cuillère de pâte de pistache. Le goût y est subtil et très agréable.





Dans un saladier, mélanger 25 cl de purée de myrtilles avec 2 oeufs entiers. Ajouter 60 g de beurre fondu tiédi, 1/2 c à moka de vanille en poudre et 1 pincée de sel. Mélanger bien et ajouter 60 g de vergeoise brune et 60 g de rapadura (à défaut 120 g de cassonade), 50 g de poudre d'amandes et 1 c à s de pâte de pistache. Mélanger et ajouter 1/2 sachet de levure chimique (sans gluten ni phosphate) et 200 g de farine complète de riz.
Préchauffer le four à 180°
Verser dans les empreintes d'un moule à mini muffins en silicone, saupoudrer de Myrtilles séchées et éventuellement de pistaches concassées et glisser au four pour 15 min. Laisser refroidir avant de démouler.





Au final, ces petits Muffins qui n'auraient jamais vu le jour si je n'avais pas laissé traîner mon bidon de coulis sont une très belle découverte à laquelle je repenserais si toutefois le cas d'un fond de coulis qui aurait traîné un peu se présentait de nouveau.


mardi 24 mars 2009

Duo de tartelettes Sablées au Chocolat, Poire & Pistache / Orange & Praliné


Montages

J'ai passé le relais pour l'organisation du Kiki à Véro, heureuse gagnante de la 29ème édition avec ses superbes Diamants cranberries-chocolat, à elle donc de trouver une nouvelle idée de thème. Et cette 30ème édition s'annonce d'ores et déjà très prometteuse puisque le thème choisi, très vaste, permet de nombreuses créations. En effet, il s'agira de proposer une idée de tartelette sucrée originale, et là, je la site: "la tartelette, qui semble banale, classique au premier abord, ouvre de multiples possibilités et peut, avec de l’imagination, de la fantaisie, aboutir à quelque chose de tout à fait fabuleux".
J'adore faire des tartelettes, parce qu'avec un même fond de pâte on peut proposer plusieurs garnitures et ainsi être sûr de faire plaisir à tout le monde.
De retour du marché avec 5 petites poires gentiment offertes par mon maraîcher préféré (je ne fait pas de lèche, il n'a aucun risque de lire ce blog...) j'ai tout de suite eu envie de les marier à une petite crème au bon de pistache et le tout associé à un fond de pâte bien sablé délicatement chocolaté. Pas suffisament de poire, mais de la pâte en trop, j'ouvre le frigo et trouve une belle orange bien grosse, bingo! orange et chocolat: une association divine qui touche au sublime si on ajoute du praliné!





Fond de pâte sablée au chocolat
1 c à s de purée d'amandes complète (en magasin BIO)
115 g de beurre mou
60 g de sucre
20 g de cacao
50 g de poudre d'amandes
200 g de farine
1 pincée de sel
1 oeuf

Dans un saladier, mélanger la farine, le cacao, la poudre d'amandes, le sucre et la pincée de sel.
Travailler le beurre avec la purée d'amandes et ajouter au mélange de poudres. Travailler du bout des doigts jusqu'à obtention d'un mélange sablé. Ajouter l'oeuf préalablement battu en omelette et pétrir. Ramasser en boule et réserver 15 min au réfrigérateur.
Chemiser le fond de moules à tartelettes avec la pâte, les piquer avec les dents d'une fourchette et les réserver de nouveau au réfrigérateur 15 min le temps de préparer les garnitures.



Tartelettes Poire/ Pistache:
Dans un saladier, mélanger 75 g de poudre d'amandes, 50 g de pistaches vertes émondées non salées réduites en poudre, 100 g de sucre fin, 1 sachet de sucre vanillé, 1 c à s rase de farine et 100 g de beurre mou. Ajouter 1 blanc d'oeuf et 1 belle c à s de pâte de pistache. Mélanger pour obtenir une pâte bien homogène.
En recouvrir le fond de la moitié des tartelettes.
Découper les poires en lamelles et les enfoncer légèrement dans la crème. Saupoudrer de quelques pistaches vertes hachées et d'amandes effilées.



Tartelettes Orange & Praliné:
Badigeonner le fond des tartelettes restant avec 1 belle c à s de confiture d'orange amère. Saupoudrer d'1 c à s de pralin en poudre et recouvrir de quartiers d'orange. Badigeonner le tout d'1 nouvelle cuillère de confiture et saupoudrer de nouveau de pralin. Ajouter quelques zestes d'oranges.
Glisser le tout au four pour 30 min à 180°.
Laisser entièrement refroidir avant de démouler et de réserver sur une grille.

dimanche 22 mars 2009

Congolais




J'ai fait un sort à la Noix de Coco qui m'a servi à illustrer mes photos pour le Poke Pudding du petit jeu de Mamzelle Gwen, et avec les quelques 200 g de chair que j'ai pu retirer (non sans efforts croyez-moi!) j'ai eu envie de faire des Congolais.
Ce classique de la pâtisserie prend une toute autre dimension préparé avec de la coco fraîche, le goût est vraiment incomparable!



L'idée de Garance qui consiste en rajouter un peu de confiture dans la préparation pour les rendre encore plus moelleux m'a donné envie de tester et en plus tombait à pic puisqu'il me restait justement un petit fond de la confiture de Fruits de la Passion que j'avais également utilisé pour mon Pudding. Le rendu est effectivement très moelleux au bon goût bien présent de coco, mais malheureusement le goût de la confiture lui ne se ressent pas du tout... queuneni! je l'utilise pour les fourrer un peu à la manière d'un macaron... et là c'est le bonheur! simple mais si délicieux.





200 g de noix de coco fraîche râpé (à défaut de la sèche du commerce fait tout aussi bien l'affaire)
2 blancs d'oeufs
1 pincée de sel
150 g de sucre glace
1 c à s de confiture aux fruits de la passion (ou autre selon vos goûts)

Préchauffer le four à 180°
Monter les blancs en neige au fouet électrique avec la pincée de sel. Dès qu'ils commencent à devenir fermes, ajouter le sucre en pluie pour les serrer et continuer encore de fouetter quelques secondes. Ajouter la coco râpée et et la confiture, mélanger le plus délicatement possible pour éviter de faire retomber les blancs.
Sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier de sulfurisé, dresser des petits tas à l'aide d'une petite cuillère.
Cuire 20 min
Sortir du four et attendre qu'ils refroidissent pour les décoller délicatement et éventuellement les fourrer de confiture.


vendredi 20 mars 2009

"Poke" Pudding, départ pour les Îles Cook immédiat (coco - fruit de la passion)






Un p'tit tour dans les Îles Cook ça vous tente ? Mamzelle Gwen m'a envoyé mon billet et je dois bien avouer que j'ai été un peu déroutée au début quand j'ai vu ma destination, évidemment, je sais où elles se situent mais ne sais pas grand chose en dehors de ça... 1ère étape donc, me cultiver un peu mais aussi et surtout découvrir la gastronomie locale: je me rue sur mon ordinateur, tape "Îles Cook" dans le moteur de recherches et apprend plein de choses, voyez plutôt:
Trésor de l'océan Pacifique, appartenant à la Nouvelle-Zélande, bien qu'indépendant, l'archipel des Iles Cook comprend 15 îles réparties en atolls au Nord et îles hautes volcaniques au Sud. Elles sont disséminées sur une surface totale de 2,2 millions de km2 (plus de détails par
LA).
Concernant la cuisine locale je n'ai malheureusement pas trouvé grand chose en dehors du fait qu'elle est surtout à base de noix de coco et de poissons. Parmi les plats populaires, on trouve le ika mata (poisson cru mariné au citron et au lait de coco), le anga kuru akaki ia (fruit de l'arbre à pain farci) et le poke (pudding de fruits exotiques au lait de coco).




Étant plus attirée par la préparation de plats sucrés j'ai donc opté pour ce dernier. Toutes mes recherches concernant ce dessert ce sont avérées infructueuses, j'ai donc totalement improvisé une recette.









250 g de brioche (maison ou pas, à défaut, peut aussi se réaliser avec du pain ou du pain brioché)
20 cl de lait de coco
6 cl de rhum blanc
1/2 c à moka de vanille en poudre
50 g de sucre rapadura (à défaut de la cassonade)
100 g de confiture de Fruits de la Passion
50 g de noix de coco râpée


Préchauffer le four à 180°
Emietter la brioche et la mouiller avec le lait de coco et le rhum. Malaxer jusqu'à obtention d'une pâte. Ajouter les oeufs. Mélanger. Ajouter la vanille, le sucre, la coco et la confiture.
Verser dans un moule rond à bords hauts (j'ai utilisé un moule à Kouglof) et glisser au four et laisser cuire 45 min. Laisser refroidir avant de démouler sur une grille.



Je ne sais pas si ma version est proche de l'originale mais elle me convient parfaitement! L'alliance Coco/ Passion est délicieuse et la note subtile de rhum apporte un petit plus absolument indispensable pour faire de ce dessert un vrai plaisir exotique!

jeudi 19 mars 2009

Cakes ultra régressifs aux Carambars®, glaçage au lait




Ça faisait un moment que je voulais faire le fameux Cake aux Carambars® apparu pour la 1ère fois chez Audrey et que maintenant tout le monde connaît.
J'avais tout prévu, mit de côté les 20 fameux caramels mous nécessaires à la réalisation, envisagé quelques micro modifications, et notamment celle d'employer du beurre 1/2 sel plutôt que du doux car je trouve qu'il s'associe idéalement au caramel, ainsi que de décliner la recette en petits cakes individuels. Alors mon voilà fin prête à me lancer, sauf que, et là c'est le drame, un grand moment de solitude pour moi, mes Carambars® ont vu leur nombre passé de 20 à 17!!! Je compte et recompte (on ne sait jamais, j'ai peut-être les yeux qui se croisent!) mais non, la conclusion reste dramatiquement la même: il me manque bel et bien 3 caramels!!! Je n'accuse personne... mais j'ai une vague idée du coupable! La prochaine fois je n'oublierai pas de coller un post it stipulant 'interdiction formelle de toucher sous peine de représailles...' Bref, me voilà donc parti à la recherche du crayon, bout de papier et calculatrice magique pour me lancer dans de savants calculs afin de savoir quelles quantités de sucre, farine, beurre et lait il me faudra pour 17 Carambars®. Cette petite déconvenue achevée, je me lance, une fois ma préparation achevée, je la coule dans des petites caissettes en papier individuelles en prenant bien soin de ne pas les remplir... sauf qu'apparemment malgré cette précaution je les avais semble-t'il malgré tout trop remplis!!! Effectivement, 10 min après, c'est horrifiée et désemparée que j'ai vu mes petits cakes se comporter comme des volcans en pleine ébullition: tout débordait et coulait joyeusement. Résignée, j'ai laissé comme ça jusqu'à la fin du temps de cuisson. Mes cakes ne ressemblaient à rien (par contre une odeur incroyable se dégageait du four: maigre réconfort pour une perfectionniste comme moi!)



Je ne pouvais pas les laisser comme ça, complètement imprésentable, alors de là m'est venue l'idée de les "habiller". Pour rester dans le côté complètement régressif, j'ai privilégié une ganache au lait généreusement saupoudrée de petites billes colorées, d'éclats de cacahuètes caramélisées et de caramels durs (quelques Werter's Original®).
Finalement, ce ratage m'aura permis une jolie création: il y a du bon partout!
Mais je n'ai pas dis mon dernier mot, je le referai ce cake et il restera tout entier dans son moule, bien présentable!



Ces cakes tout dorés sont de vrais délices! Extra moelleux à l'intérieur, ils ont formé sur le dessus une jolie croûte bien croustillante très caramélisée . Le goût bien prononcé des Carambars® se marie à merveille au chocolat au lait. L'ensemble très harmonieux reste fin et absolument pas écoeurant.



Préchauffer le four à 180°
Dans une casserole à fond épais, déposer 20 Carambars®, ajouter 10 cl de lait et 150 g de beurre 1/2 sel (ou non, selon vos goûts). Faire chauffer à feu moyen en mélangeant souvent jusqu'à ce que les caramels soient bien fondus et le mélange lisse et homogène.
Dans un saladier, mélanger 160 g de sucre, 150 g de farine, 1 c à c de levure chimique et 3 oeufs entiers. Mélanger vivement et ajouter le mélange aux Carambars® sans cesser de remuer.
Verser dans des caissettes en papier individuelles (ou si vous préférez dans un grand moule à cake) et laisser cuire 25 min en surveillant qu'ils ne colorent pas de trop (compter 40 min pour un grand cake). Laisser refroidir avant de démouler.

Pendant ce temps, préparer la ganache au lait:
Dans une casserole à fond épais, verser 12 cl de crème liquide entière et 200 g de chocolat au lait à pâtisser (ou spécial dessert). Faire chauffer à feu très doux. Lisser à la spatule, laisser tiédir avant de réserver au frigo jusqu'à complet refroidissement. Au moment du dressage des petits cakes, remuer vivement au fouet à main afin de raffermir cette ganache et de lui donner de la tenue. Verser dans une poche munie d'une douille cannelée et décorer les cakes à votre guise. Saupoudrer de petites billes colorées, pépites de cacahuètes, éclats de caramels ou même de pépites de chocolat et déguster ENFIN!

mercredi 18 mars 2009

RISOTTO épicé aux Citrons Confits




J'avais gardé précieusement le jus qu'il me restait de mon Tajine de poulet épicé aux citrons confits et olives rouges dans l'idée d'improviser un Risotto. Juste agrémenté d'un fond de vin blanc et d'un bouillon de volaille, ce plat rapide délicieusement épicé et délicatement citronné c'est révélé une vraie réussite!
Difficile à refaire du coup, mais j'y repenserai la prochaine fois que je ferai un Tajine!



20 cl de restant de jus de Tajine
6 cl de vin blanc sec
20 cl de bouillon de volaille (à partir d'un fond déshydraté, préférer les bouillons biologiques, sans glutamate ni exhausteur de goût)
200 g de riz rond à risotto (le riz à risotto est riche en amidon. Les grains se lient bien entre eux, absorbent les liquides, mais restent "al dente")

Dans une casserole à fond épais, verser le riz en pluie et le laisser chauffer à sec quelques minutes en veillant à ce qu'il ne colore pas. Mouiller avec le vin et le restant du jus de Tajine et laisser évaporer complètement en remuant bien régulièrement. Verser le bouillon par petites quantités et poursuivre la cuisson pour 15-20 min à feu très doux en ajoutant du bouillon au fur et à mesure qu'il est absorbé et en prenant soin de bien remuer régulièrement. Vérifier la cuisson: le risotto doit rester fluide, ses grains bien fermes et la consistance être bien onctueuse. Ciseler un peu de coriandre fraîche et servir sans attendre.


dimanche 15 mars 2009

Tajine de Poulet épicé aux Citrons Confits & Olives Rouges




Fin août, je me suis lancée dans la réalisation de mes propres citrons confits dans l'idée de pouvoir réaliser un jour un Tajine au poulet & citron confit. J'avais suivi la recette trouvée dans un très joli livre dédié à la Cuisine en bocaux (Saveurs d'Annie- ARTEMIS Editions). La méthode est d'une simplicité enfantine et après, il suffit de laisser le temps agir. Aujourd'hui, après de longs mois de repos, mes citrons sont enfin près, confits à la perfection et je peux enfin me lancer dans mon tout 1er Tajine! J'ai donc décidé de le faire au poulet, auquel j'associe un grand nombre d'épices, mes fameux citrons confits et enfin quelques savoureuses olives rouges un chouïa épicées pour relever encore un peu plus un plat déjà très riches en saveurs.
Un voyage annoncé.
Le Tajine est un récipient marocain dont la particularité réside dans son couvercle à la forme conique qui contribue à faire cuire lentement les ingrédients à l'étouffée et à la vapeur d'eau. Mais le mot désigne aussi le contenu. Les Tajines sont de délicieux ragoûts rustiques lentement mijotés à feu très doux, mêlant de nombreuses saveurs d'épices orientales, d'herbes et aromates qui lui qui confèrent ce goût d’ailleurs et le différencie d’un ragoût ordinaire. Ce plat d'Afrique de tradition, typique et convivial peut se décliner à l'envie: légumes, viandes, poissons, auxquels on peut ajouter suivant ses goûts des fruits secs ou frais (dattes, abricots, figues, raisins secs ou pruneaux, amandes grillées).
(voici quelques idées de Tajines: Tajine de poulet aux amandes, noix de cajou & raisins secs, Tajine aux légumes façon couscous, Tajine d'agneau aux épices & figues, Tajine de mouton aux artichauts et fèves...)

Ce plat est très aromatique, il est le roi de la table! Des saveurs envoûtantes et des couleurs magnifiques dûes au subtil mélange des différents épices aux autres ingrédients. Magie des parfums et des saveurs. Le citron apporte à la fois fraîcheur et acidité & l'olive une pointe d'amertume aux saveurs méridionales (clin d'oeil à Alain qui comprendra...). La cuisson lente donne au poulet un moelleux et un fondant absolument incomparable.



1 gros poulet fermier coupé en morceaux (environ 8 beaux morceaux)
1/2 bouquet de coriandre fraîche
1/2 bouquet de persil plat frais
2 petits oignons
250 g d'olives rouges confites
5 cm de gingembre frais
2 citrons confits
1 c à s de miel liquide (remplacé pour ma part par du sirop d'agave)
1/2 citron
3 c à s d'huile d'olive
1 c à c de curcuma
1 c à c de safran
poivre

La veille, mettre le poulet à mariner dans la chermoula* (à ma façon):
3 c à s d'huile d'olive
10 cl de bouillon de volaille (à partir de fond déshydraté)
2 c à s de coriandre fraîche finement ciselée
3 gousses d'ail pressées
1 petite échalote finement émincée
1 c à c de piment fort
1 c à c de paprika
1 c à c de cumin
1 c à c de cannelle
1 c à c de gingembre en poudre
1 c à c de noix de muscade en poudre
1 c à c de coriandre en poudre
1 c à c d'anis
4 clous de girofle
1 c à c de Ras El Hanout
sel, poivre
1 filet de jus de citron
1 c à c de Harissa

* Traditionnellement, la chermoula se compose d'1 gros bouquet de coriandre fraîche, de 4 gousses d'ail, de 2 c à s de Paprika (ou de piment doux), d' 1 c à s de cumin, d'1/2 c à c de piment fort, d' 1/2 c à c de sel, de 3 c à s d'huile d'olive, 2 c à s de jus de citron et enfin de 3 à s d'eau. Le tout est placé dans un mortier et pilé. Cette marinade marocaine sert à assaisonner les viandes et les poissons avant de les griller.

Utiliser un plat à tajine allant sur le gaz et au four, c'est-à-dire ceux en terre cuite, sans vernis ni décor. Privilégier un feu large mais pas trop fort, le plat révélera alors toute sa saveur. Utiliser également un diffuseur pour mieux répartir la chaleur et éviter le contact avec les flammes.
Avant une 1ère utilisation, plonger le plat à tajine dans une eau additionnée de vinaigre pendant 24 heures, afin qu'il s'imprègne d'eau, cela évitera qu'il ne se fissure après. Ensuite, y faire bouillir de l'eau avec un peu d'huile.
Il est également possible de faire cuire le tajine au four, pour cela, le placer à 150° pendant 3 heures. La cuisson ainsi mijotée n'en sera que meilleure.

Le lendemain, retirer les morceaux de poulet de la marinade (la réserver).
Presser le citron et le gingembre. Rincer les citrons confits et les couper en quartiers, éliminer la pulpe puis recouper les quartiers en lamelles.
Chauffer 2 c à s d'huile d'olive dans une poêle et y faire revenir les morceaux de poulet marinés sur les 2 faces pendant 15 min. Réserver.
Faire chauffer 1 c à s d'huile d'olive dans le plat à tajine. Y faire revenir les oignons finement émincés 5 min en remuant. Ajouter le gingembre pressé, le curcuma et le safran. Poivrer. Mélanger. Ajouter les morceaux de poulet et les lamelles de citrons confits. Mélanger le jus de citron avec 10 cl d'eau, le restant de chermoula réservé et le miel (ou le sirop d'agave), ajouter.
Couvrir et laisser mijoter au four pendant 3 heures à 150°.
Ciseler la coriandre et le persil. Ajouter ainsi que les olives. Poursuivre la cuisson encore 30 min et servir de suite avec une semoule ou des pommes de terre vapeur.



Nous étions 4 et tout a été mangé, ça veut tout dire... Plat absolument divinissime à refaire sans aucun doute!

jeudi 12 mars 2009

Confit de Red Cabbage (chou rouge) au Vin Rouge




De mon séjour à Prague, en dehors de merveilleux souvenirs de cette ville absolument magnifique, je me rappellerai toujours de certains plats que j'ai pu y découvrir et y apprécier, et notamment cet accompagnement à base de chou rouge cuit dans du vin rouge avec quelques épices pour relever les saveurs. Un pur délice à tel point que j'en commandais à presque chaque repas! Évidemment, je ne parle pas un traître mot de tchèque et donc passais toujours commande en anglais, et en anglais, on appelle ça du "red cabbage"! Je ne sais pas vraiment comment ils le préparaient parce que je n'ai jamais réussi à retrouver ce goût unique, mais ma recette reste quand même assez approchante et me satisfait plutôt. Une manière originale de manger du chou rouge et qui change de la traditionnelle salade.
Une cuisson douce et longue est nécessaire afin d'obtenir une préparation quasi confite. Accompagnement idéal pour le gibier, le porc ou même le boeuf et autres plats en sauce, comme notamment le célèbre Goulash!



1/2 chou rouge
sel, poivre
persil plat
1 oignon
2 gousses d'ail
1 cube de bouillon de volaille
1 c à s de crème de vinaigre balsamique
25 cl de vin rouge (j'ai personnellement utilisé un Merlot)
4 c à s de sucre
Couper en fines lamelles le chou rouge. Rincer et laisser égoutter.
Émincer finement l'oignon et écraser les gousses d'ail au presse ail.
Ciseler le persil plat.
Verser dans un faitout. Ajouter le sel, quelques tours de poivre du moulin, le cube de bouillon de volaille. Mouiller à hauteur avec le vin. Couvrir et laisser mijoter ainsi à feu très doux jusqu'à quasi complète évaporation. Découvrir, ajouter la crème de vinaigre et le sucre, remuer et poursuivre la cuisson encore 20 min en remuant régulièrement.
Servir de suite.

Un régal je vous dis!
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...